You are browsing the archive for M-tourisme.

M-Tourisme : faisons le point.

avril 29, 2013 in Informations

Parfois, une image vaut mieux qu’un long discours.

Alors quid d’une longue image ?

Cliquez pour agrandir.

Le touriste est-il mobile ?

juillet 31, 2012 in Expressions

Lorsque l’on parle de mobile, il est toujours difficile de savoir précisément ce qu’en attendant les utilisateurs dans un domaine en évolution constante…

Et pourtant ! Des indicateurs nous permettent de mieux savoir ce qu’il en est : comment le marché a t-il progressé ? Pourquoi les utilisateurs sortent-ils leurs téléphones de leurs poches ? Et puis, quels téléphones, d’ailleurs ? Revenons sur les données recueillies en France en 2011 par différents organismes.

Des mobiles comme s’il en pleuvait

  • Tout d’abord, il s’est vendu 23,6 millions de téléphones, dont 11,4 millions de smartphones ; comparé aux autres produits technologiques, le téléphone mobile arrive donc loin, très loin devant les autres supports : ordinateurs, tablettes, etc. En sortant de nos frontières, on compte près de 390 millions de ventes de téléphones dans le monde qui sont allés rejoindre les poches d’autant d’utilisateurs ! (source : GFK)
  • Et si l’Iphone continue d’occupe 26% de parts de marché, il a été doublé pour la première fois par Android, qui a lui atteint 28% ; les ventes, elles, ont continué à progresser, et l’on peut estimer qu’à la fin de cette année, le parc français verra 1 téléphone sur 2 être un smartphone (source : Comscore)
  • Avec une telle progression du marché, le téléphone devient, devant l’ordinateur, le premier outil de connexion à internet !

A l’avenir, il faudra s’appliquer

  • Si l’on ne considère qu’Iphone et Android, il s’est déjà téléchargé… plus de 25 milliards d’applications dans le monde !
  • Quid du payant ? Si les applications payantes parviennent à fonctionner sur Iphone, il n’en va pas de même sur Android, où, qu’importe le coût, le principe du payant est un frein majeur aux téléchargements. En 2011, 23% des applications téléchargées seulement étaient payantes (source : OPA)
  • Le marché des applications explose littéralement face à la demande croissante des utilisateurs, préférant avoir recours à une solutions embarquée pour leurs besoins qu’à une consultation continue du web. Le nombre d’applications disponibles pour l’Iphone a ainsi été mutliplié en 2011 par 1,5, pour Android, 2,5, et même une multiplication par 5 pour Windows Phone ! (source : Distimo)

Pourquoi sortir le téléphone de sa poche ?

  • Si les réseaux sociaux occupent encore le haut du pavé, avec 57% des utilisateurs de Twitter et 40% de Facebook utilisant leur téléphone pour communiquer avec le reste monde plutôt que leur ordinateur, une autre préoccupation a fait son chemin sur les téléphones…
  • … le tourisme ! C’est l’un des principaux centre d’intérêt des utilisateurs de mobiles : en 2011, 34% des recherches mobiles étaient liées à celui-ci !
  • Par rapport à 2010, Google a ainsi enregistré 7 fois plus de recherches mobiles sur le thème des visites et voyages, démontrant ainsi la place importante qu’occupe cet outil sur le marché

L’expérience des sites culturels & touristiques

  • En 2011, on ne recensait qu’une trentaine de sites touristiques ayant investi dans une application mobile propre, la question du coût d’un développement sur-mesure (généralement plusieurs dizaines de milliers d’euros) restant le plus souvent un frein pour l’équipement de la plupart des structures (source : ministère de l’industrie)
  • Le reproche majeur fait à la plupart des applications est qu’elles ne proposent que des informations pratiques disponibles sur d’autres supports (dépliants, sites, etc), et n’exploitent pas les fonctionnalités multimédias et interactives du smartphone  (source : ministère de l’industrie)
  • L’autre reproche redondant est l’unicité des applications : une par site, utilisable uniquement sur place, et contenant à chaque fois un nouveau modèle et une nouvelle interface à télécharger complètement ; les contenus sont donc lourds et demandant au visiteur un appel important à sa connexion ou l’utilisation d’un point Wifi fixe pour télécharger plusieurs dizaines de mégas (source : ministère de l’industrie)
  • En matière de téléchargements, on peut citer l’exemple du Louvre, dont l’application a été téléchargée plus de 2 millions de fois en 2 ans, et du Quai Branly, avec 1 million d’applications installées en un an : l’objectif de renouveler l’offre auprès des visiteurs a bien été atteint, démontrant ainsi le succès des applications de visite auprès des touristes (source : ministère de l’industrie)
  • L’autre recherche majeure des acteurs du milieu est double : gagner en visibilité (en étant recensés sur des applications ayant un aspect « annuaire ») et rester autonome (en mettant à jour soi-même le contenu disponible sur application en fonction de son actualité)  (source : ministère de l’industrie)

Mais alors… que garder en tête en tant que professionnel ?

Avant de choisir l’application mobile à proposer à des visiteurs de plus en plus nombreux à privilégier ce support, il faut donc se demander :

  • Si celle-ci va couvrir Android et Iphone, soit plus de 80% du marché des applications
  • Si celle-ci sera payante ou non : si la chose est possible sur Iphone, elle ferme les portes de l’essentiel du marché Android ! Une solution régulièrement proposée est d’utiliser une application gratuite pouvant inciter à une consommation de biens plus « traditionnels » : catalogues d’exposition, souvenirs, services, etc
  • Si celle-ci fera gagner en visibilité, et non simplement permettre de dire « Nous avons une application ! » : permet-elle de toucher un public autre que celui déjà acquis ?
  • Si celle-ci aura une véritable utilité : apporte t-elle plus qu’un dépliant papier ? Qu’un site web optimisé ? Est-ce une simple option pour vos visiteurs ou vont-ils avoir envie de l’utiliser ?
  • Si celle-ci est adaptée à votre situation technique : a t-elle besoin en permanence de réseau ? Votre structure est-elle couverte par tous les opérateurs ? Avez-vous besoin d’installations spécifiques (ex : point Wifi) pour la rendre accessible ?  Est-elle lourde ? Gère t-elle les situations indoors ?
  • Si celle-ci peut-être modifiée de manière autonome : votre offre évolue, quid de votre application ? Allez-vous pouvoir la modifier en temps réel ou devrez-vous faire appel à chaque nouveauté à un prestataire extérieur pour la modifier et la resoumettre sur les Stores ?
  • Si celle-ci est capable de s’adapter aisément à de nouveaux supports : le marché mobile évolue année après année, votre application pourra-t-elle être disponible sur les prochaines générations de téléphones et tablettes ou devrez-vous en faire développer une nouvelle à chaque changement du marché ?
  • Si celle-ci est sur-mesure ou non : avez-vous des besoins spécifiques ? Une solution existe t-elle déjà ? Pouvez-vous reprendre un modèle existant  et voir s’il peut être modifié s’il ne couvre pas certains aspects de votre cahier des charges ou faut-il repartir de zéro ? Vous faut-il payer plusieurs mois de développement et de création graphique ?

Dès lors, il devient beaucoup plus simple d’identifier l’application susceptible de répondre tant à ses besoins qu’à ceux de ses visiteurs, et ce en prenant en compte ses moyens.

Quitte à s’équiper, autant bien le faire !